Découverte des variétés anciennes

Initiatives de solidarité

Depuis quelques semaines déjà, l’équipe solidarité du nouveau groupe « Vie coopérative » organise une collecte alimentaire en soutien aux initiatives de l’Amicale laïque de Michelet et des Brigades de solidarité. Les dons sont déposés dans le caddie installé après les caisses et livrés aux associations une à deux fois par semaine.

L’Amicale laïque de Michelet a créé cette action solidaire avec l’ANEF Loire. Ils aident à ce jour 25 familles des quartiers de Vivaraize, Centre 2 Valbenoite, la Rivière et Solaure. Des jeunes du quartier se sont ainsi mobilisés. Encadrés par un éducateur de l’Anef et le responsable secteur jeune de l’Amicale, ils tiennent les permanences de collecte les lundis et jeudis de 15h à 17h, constituent les colis et participent à la livraison au domicile des bénéficiaires.
Les Brigades de solidarité eux désinfectent les produits et les redistribuent ensuite aux associations et aux personnes et familles stéphanoises en difficulté. L’initiative est le fruit des Jeunes communistes de la Loire et du comité Antifa de Saint Etienne rejoint ensuite par d’autres organisations et plusieurs centaines de bénévoles.
La Fourmilière se voulant apolitique, aucun soutien politique n’est apporté. Cette initiative permet facilement aux fourmis le souhaitant, d’aider les personnes des alentours en difficulté. 

Les besoins en dons ont fortement augmenté ces derniers jours, les associations en tension recherchent des soutiens supplémentaires pour les nouvelles familles dans le besoin. La demande porte principalement sur des besoins alimentaires, d’hygiène, hygiène féminine et produits enfants, mais également des besoins informatiques pour la Maison solidaire (ordinateur Windows 7 minimum et téléphone).

Récolte à Montravel

Lundi, 8 fourmis matinales sont allées jouer les jardinier.ère.s au lycée horticole Montravel. A cause de la fermeture des écoles, le lycée ne pouvait plus vendre ses légumes aux cantines bio. Cette récolte de salades, épinards et blettes se retrouve donc cette semaine sur nos étals ! Merci à Bertrand Ferraton du lycée d’avoir rendu possible cette récolte !

Collecte de dons pour le CHU Saint Etienne

Le CHU de Saint Etienne vous remercie pour votre générosité ! La collecte a permis de faire quatre livraisons, elles ont pu être distribuées aux équipes de nuit des soignants en réanimation et urgences, aux agents techniques et logistiques ainsi qu’au service de gériatrie de la Charité. Merci pour cette belle solidarité, qui a eu un accueil très chaleureux !

NOTRE SUPERMARCHE FOURMILLE DEPUIS 1 AN !

Je fourmille en apprenant à tenir la caisse, à mettre en rayon , lire les températures, les DLC, les DLUO , à découper et emballer le fromage, et bien d’autres choses encore, pendant mon créneau, en créant des liens avec d’autres fourmis.

Tu fourmilles en ajustant sans râler ta liste de courses parce que le gel a surpris le producteur qui ne peut plus fournir carottes ou salades, et en achetant pour la congeler de la viande dont tu n’avais pas besoin, mais qui arrive en DLC, ce qui te permettra de régaler des amis plus tard.

Elle, il fourmille en faisant connaître la Fourmilière pendant les réunions d’information ou à l’extérieur en essayant de fourmiller d’idées nouvelles, en animant les forums avec des propositions originales et créatives, en proposant des moments conviviaux dans le supermarché autour de producteurs.

Nous fourmillons à + de 620, de tous âges, sans hiérarchie, sans étiquette professionnelle, pour faire vivre ce projet qui est une alternative crédible à la grande distribution qui ne respecte pas l’environnement, les producteurs….

Vous fourmillez discrètement, au Nid pour la gestion des créneaux, dans le bureau pour les salarié.e.s, le conseil coopératif et les groupes de travail : l’appro, la com, la coordo, le local, le système d’information, les finances et les statuts .

Elles, ils fourmillent actuellement, vaillement et courageusement, pendant cette épidémie de Covid-19 : l’équipe de salarié.e.s, les responsables et le groupe de travail récemment créé : Santé-Sanitaire-Hygiène, pour maintenir l’activité du magasin et proposer des gestes de solidarité. MERCI ! 🐜

Texte de la Fourmi Martine Bonhomme

La Fourmilière : résilience et adaptation à la crise sanitaire en cours

Alors que la pandémie du covid-19 continue de se propager et paralyse une partie de l’économie, la Fourmilière s’adapte en conséquence, et montre que les supermarchés coopératifs savent gérer l’urgence et sont résilients, tout en incarnant une alternative aux canaux de distribution traditionnels. Anouck, l’une des permanentes de la Fourmilière, nous livre son témoignage de cette période inédite. Anouck est coopératrice de la Fourmilière depuis un an et demi. Elle a commencé en tant que bénévole, a ensuite été en alternance dans le cadre de sa formation d’un an, et est en CDI depuis février 2020. Elle travaille notamment sur les questions liées au parcours coopérateur, à la gestion de créneaux, et sur la gamme fruits et légumes.

Comment la Fourmilière s’est-elle organisée depuis le début de l’épidémie de covid-19 ?

Dès les annonces gouvernementales, on a fait des réunions, fermé une journée pour réfléchir ensemble, avec les autres permanents et les responsables légaux, à comment on pouvait continuer à ouvrir, comme on est un magasin alimentaire. La difficulté était que pour un modèle comme le nôtre, qui repose beaucoup sur du bénévolat, essentiellement même – on a seulement deux salariées – c’était compliqué de trouver une solution sans bénévolat. On a donc opté pour un service réduit avec des plages horaires et une gamme de produits réduites. On a aussi consulté le conseil coopératif pour avoir leur avis et d’autres supermarchés coopératifs pour savoir comment ils s’organisaient. On a fait un gros travail de recherche et de gestion de crise sur les premiers jours, qui nous a conduits à la solution actuelle : on réouvre, deux semaines après le début du confinement des créneaux, en effectif réduit, On a contacté le numéro vert mis en place par le gouvernement, qui on a obtenu l’autorisation de continuer à faire appel à des bénévoles grâce à une dérogation spéciale. On a aussi mis en place des mesures d’hygiène, grâce la création d’une commission santé, composée de Fourmis issues du corps médical, et qui s’occupent de trouver ce qui a trait à l’hygiène et à la réglementation, de nous conseiller sur ce qu’on doit appliquer etc… La solidarité s’est mise en place  pour celles qui ne peuvent pas se déplacer pour faire leurs courses.

Des caisses et permanent.e.s sous haute protection !

Comment fonctionne cette solidarité ?

Ce sont les Fourmis qui se manifestent. On a lancé un appel dans le dernier Fourmiflash.Trois Fourmis du Nid – le bureau des membres – joignables par téléphone ou par mail, organisent la solidarité entre des Fourmis volontaires et celles qui ne peuvent pas se déplacer. Par ailleurs, nous constituons des paniers de nos produits à destination du CHU voisin de Bellevue en soutien au personnel soignant.

Quelles sont les forces de l’organisation actuelle ?

Il y a cette solidarité qui s’est mise en place de manière assez simple avec de nombreuses Fourmis qui nous ont demandé à ce que cela puisse se faire. A la Fourmilière, on se sent appartenir à un collectif et au réseau des coopérateur.ices. La force de notre projet c’est aussi le fait qu’on soit en circuit fermé : seuls les coopérateurs peuvent venir faire leurs courses, on sait qu’ils connaissent le magasin et se connaissent entre eux, qu’ils sont bienveillants, qu’ils font attention à ne pas dévaliser les stocks comme ça a pu être le cas dans la grande distribution. Sur nos produits, on a aussi très peu de ruptures : alors que beaucoup de supermarchés sont en manque de farine, on s’en est fait livrer très  récemment. La mise en place de circuits courts fait qu’on n’est pas trop impactés sur les produits frais, sur la livraisons des producteurs locaux ; ce sont même eux qui demandent à ce qu’on les soutienne ! On est un peu plus impactés sur certains grossistes qui ont des produits en rupture, mais comme on a fait le choix d’avoir une gamme réduite, on accepte d’avoir moins de stock.

Rappel des règles et gestes barrière

Quand tu parles de gamme réduite, est-ce que certains rayons ne sont plus disponibles à la vente, ou y-a-t-il moins de choix dans chaque rayon ?

Il y a plutôt moins de choix dans chaque rayon, par exemple, pour les fruits et légumes, on a gardé deux sources d’approvisionnement sur les quatre habituelles. Pour la viande c’est la même chose, on a gardé un ou deux producteurs à la fois par semaine, qu’on fait tourner d’une semaine à l’autre. Plus généralement on a gardé les produits qui se vendaient le plus et qui nous semblaient indispensables.

Comment les producteurs et les fournisseurs vivent-ils la crise ? Connaissent-ils des difficultés ?

Oui, on a notamment une brasserie qui nous a contacté et nous a dit “on a toujours besoin de vous”. Avec la fermeture des marchés, on va avoir plus de demandes, notamment sur les produits frais. C’est déjà le cas pour l’un de nos fournisseurs de produits frais bio et locaux, La Ferme Au Quartier, qui reçoit de nombreuses sollicitations de producteur.ices suite à la fermeture des marchés. 

La Fourmilière a-t-elle été sollicitée par des producteurs non référencés chez elle ?

Une productrice qui travaille avec nous est venue livrer ses produits avec des produits d’une autre productrice qu’on ne connaissait pas. Parfois ce sont des produits qu’on a déjà en magasin donc c’est plus compliqué de répondre favorablement, mais ça arrive.

Quelles sont les différences d’organisation de la Fourmilière avec la grande distribution classique ?

Je ne connais pas trop le fonctionnement de la grande distribution, mais je sais que beaucoup de choses passent par des centrales d’achat, et qu’ils privilégient les filières longues. L’approvisionnement n’est pas aussi “libre” qu’à La Fourmilière et est très loin d’être aussi local. Pour un supermarché classique, la farine peut venir d’ailleurs en France, alors que pour nous le producteur fait trente minutes de voiture pour nous l’amener ! Le circuit fermé permet également d’avoir moins de produits, moins de clients et donc de ne pas avoir un afflux trop important de personnes. On n’est pas encore câblés pour vendre à plus d’une centaine de personnes par jour.

Et sur les mesures d’hygiène et de sécurité pour les salarié.e.s et les coopérateur.ices, comment se positionne la Fourmilière par rapport à la concurrence ?

Il n’y avait aucune obligation de garder la Fourmilière ouverte, c’est parti d’une envie de “faire sa part”. En tant que permanent.es, on a décidé de venir, sachant que si on ne se sent pas bien, ou pas en sécurité, on peut du jour au lendemain s’arrêter. Au quotidien, on est protégé.e.s : chacun.e a son ordinateur, ses stylos, ses masques. Des coopérateur.ices nous ont fait des masques en tissu pour qu’on puisse les utiliser si on arrive à court de masques. Un film plastique nous entoure en caisse, ce sont les clients qui scannent eux-mêmes leurs produits. 

Pour les clients, tout le monde se lave les mains à son entrée dans le magasin, on fait attention à respecter les gestes barrière et à tout désinfecter le matin et le soir. Les clients se mettent à deux mètres les uns des autres dans la file d’attente pour accéder au supermarché, dans lequel on limite à 6 le nombre de client.es présent.es simultanément. Ils se parlent entre eux, il y a une bonne ambiance, je pense que toutes ces mesures rassurent beaucoup.

En attendant son tout de rentrer au supermarché, c’est l’occasion de discuter entre Fourmis !

Comment les circuits courts et les supermarchés coopératifs pourraient “profiter” de cette crise ?

Je pense cette crise montre vraiment que le modèle des hypermarchés et supermarchés est obsolète. On le voit bien : l’un des revirements récents des grandes surfaces est la décision d’acheter tous leurs fruits et légumes en origine France. C’est une révolution pour elles ! Si on ne fonctionne que sur des niveaux nationaux et internationaux, dans des moments comme celui-ci, on n’est pas du tout résilient. 

L’idée c’est plutôt de trouver un système à échelle humaine, qui se cale sur ce qui existe sur notre territoire. Les circuits courts ont vraiment de beaux jours devant eux ! 

Notre modèle montre aussi qu’on peut créer des lieux de solidarité, mettre en place des vrais services d’entraide, créer un sentiment d’appartenance à un projet où la propriété est collective, partagée. Cela nous conforte encore plus pour aller dans cette direction de créer d’autres services autour du supermarché. Le fait qu’on arrive à tenir le coup montre que notre modèle tient la route, et qu’on peut s’organiser à notre échelle en temps de crise. 

Le mot de la fin ?

Du côté des permanent.es, on est ravi.es de voir que les coopérateur.ices se déplacent, sont contents que la coopérative soit restée ouverte et nous envoient des messages de soutien. Ça a du sens de construire un lieu comme celui-ci. 

Un message adressé à toutes et tous : c’est le moment de voir l’intérêt du format du supermarché coopératif, de participer aux futures prises de décisions, aux groupes de travail… Bref, dans ces temps de repli obligatoire, c’est encore l’occasion de se réapproprier notre consommation et de prouver l’intérêt de la propriété collective ! 

Épidémie de Coronavirus Mesures prises au 24 mars

La Fourmilière continue de s’organiser pour faire face à la situation,
protéger les coopérateur.ices et respecter les dispositions prises par les administrations,
dans le but de ne pas participer à la propagation du virus.

Création d’un groupe de travail sur les questions Santé-Sanitaire-Hygiène

Composé de Fourmis issues du corps médical.
Sa mission :

récolter, échanger et analyser les informations sur la situation sanitaire
    •    s’entourer d’autres Fourmis ayant également des compétences
    •    restituer les informations et soumettre des avis au Conseil coopératif, pour aider à prendre des décisions.

Déjà un gros travail de fait par le groupe ce weekend, MERCI !
C’est la force de notre système coopératif, des bénévoles aux compétences multiples qui permettent de sécuriser le fonctionnement de notre coopérative !

Si vous avez des compétences en réglementation,
ou appartenez au corps médical,
et si vous souhaitez les rejoindre :
sante@coop-lafourmiliere.fr

Évolution des mesures d’hygiène

Grâce au groupe sus-mentionné, de nouvelles mesures d’hygiène sont appliquées en magasin et sont amenées à évoluer au fur et à mesure des données connues sur le virus :

  • merci de venir avec le visage couvert
  • privilégier vos chariots, paniers, caddies, sacs afin de ne pas avoir à utiliser ceux de la coopérative.
  • se laver les mains pendant au moins 20 sec au début et en fin de courses
  • désinfecter la hanse de votre chariot, panier, caddie, sac
  • en magasin, le moins de contact possible :
  • respecter les gestes barrières
  • un produit touché = un produit acheté
  • pas de balance connectée
  • le passage des articles est à présent effectué par les Fourmis clientes afin d’éviter la manipulation des produits
  • privilégier le paiement par CB
  • merci de rester au niveau du magasin, et de ne pas monter à l’étage, qui est réservé aux permanent-e-s afin d’éviter les passages et les possibilités de contamination.

Conseils supplémentaires

  • pensez à vous munir de l’attestation disponible sur le site du gouvernement
  • pensez à venir avec votre solution de gel hydroalcoolique afin de pouvoir vous désinfecter les mains sur vos trajets entre chez vous et la Fourmilière
  • pensez à bien laver les fruits et légumes à votre retour chez vous.

Organisation de la solidarité entre coopérateur.ices, pour les courses

En ces temps de confinement, vous ne pouvez pas vous déplacer pour faire vos courses ? Des Fourmis se portent volontaires pour les faire à votre place.Consultez les détails ici.

Si vous souhaitez vous porter volontaires pour faire les courses d’autres coopérateur.ices, écrivez au Nid : lenid@coop-lafourmiliere.fr Si vous souhaitez bénéficier de l’aide d’une Fourmi pour faire vos courses, écrivez au Nid : lenid@coop-lafourmilliere.fr

Vous souhaitez participer à la Fourmilière à distance ?

C’est le moment de coopérer à distance et de faire avancer la Fourmilière, en attendant de revenir à un fonctionnement normal.

On vous encourage à vous rapprocher des groupes de travail. Contactez celui qui vous intéresse, leurs membres vous incluront dans les projets en cours.
Vous trouverez sur cette page du site de la Fourmilière les différents groupes et les emails de contact.

À l’attention des groupes de travail, vous pouvez organiser des conférences téléphoniques via un service proposé par OVH, afin de continuer à bénévoler à distance.

Maladie et personnes à risques

Si vous êtes contaminé.e par le virus Covid-19, ou en contact avec des personnes contaminées,
• pensez à vous signaler auprès de sante@coop-lafourmiliere.fr
Ce recueil d’informations confidentielles nous permettra de mesurer comment notre communauté est touchée. • consultez cette page sur les personnes à risques : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles

Pour votre bien, et celui de tous.tes.

Rappel des horaires de La Fourmilière, en période de Covid-19


• LUNDI : 14h / 16h30
• MERCREDI : 10h / 12h30
• VENDREDI : 14h / 16h30


Pour rappel, tous les créneaux sont annulés.
Les ouvertures du magasin se sont bien déroulés, et il y a de l’affluence en magasin. Merci à toutes les Fourmis du sérieux dont chacun.e fait preuve.

Les horaires d’accès sont restreints, afin de soulager l’équipe de permanent-e-s et de responsables légaux qui en assurent le maintien. Pour ceux ou celles que ces horaires de journée ne conviennent pas, de par leurs obligations, vous pouvez bénéficier du portage de courses mis en place entre coopérateurs.trices.

Une dernière chose : pensez à venir assez tôt, sur les créneaux d’ouverture, en tout cas pas trop tard ! En effet, la limitation du nombre de personnes à l’intérieur et l’application stricte des consignes d’hygiène retardent le déroulement des courses, et vous risqueriez de ne pas avoir le temps de les faire avant l’heure de fermeture.

Merci !

Epidémie de Coronavirus – mesures exceptionnelles

Tenue des créneaux et service réduit

Tous les créneaux sont annulés (pour rappel, aucun rattrapage ne sera nécessaire)
– Des horaires d’ouverture restreints :

Lundi : 14h-16h30

Mercredi : 10h-12h30

Vendredi : 14h-16h30

– Le magasin sera tenu par les permanent.es et les responsables légaux.
La gamme de produits sera réduite (moins de choix, mais tous les rayons seront disponibles) afin de nous permettre d’assurer le fonctionnement du magasin en équipe restreinte.

Des mesures d’hygiène exigeantes

Le nombre de personnes en magasin sera limité, la file d’attente se fera à l’extérieur du magasin, dans l’allée.

– Les mesures d’hygiène et gestes barrières en place seront strictement appliqués :

  • lavage de main dès l’entrée
  • tousser et éternuer dans son coude
  • utiliser un mouchoir à usage unique
  • respect des distances de sécurité (1m) grâce au marquage au sol
  • ne pas venir en cas de symptômes ou de contacts avec des personnes touchées
  • venir sans enfants.

– Les livreurs n’auront plus l’autorisation de pénétrer dans les locaux.

– Les permanent.es et responsables légaux seront protégés au maximum (gants, masques…).

Organisation pour vos courses

Pensez à vous munir de l’attestation disponible sur le site du gouvernement

– Nous souhaitons mettre en place un système de solidarité pour les personnes ne pouvant ou ne devant plus se déplacer pour faire leurs courses, merci d’écrire à coordo@coop-lafourmiliere.fr si vous seriez disponibles pour effectuer des courses pour d’autres personnes. Pour cela indiquez vos lieux de résidence, téléphone et disponibilités. Vous serez recontacté.es.
Vous rentrerez alors dans le cadre de l’autorisation de déplacement pour assistance aux personnes vulnérables prévue par l’attestation de déplacement.

Les visites de découverte du magasin pour les non-coopérateur.ices restent suspendues.

Au besoin, les mesures ci-dessus seront réévaluées en fonction de l’évolution de l’épidémie.

Pourquoi cette décision ?

Ces mesures sont prises au regard de plusieurs facteurs :
– respecter la réglementation au fur et à mesure qu’elle évolue
– consulter les membres du Conseil coopératif et de nombreux coopérateurs
– prioriser la protection et la santé de tou.tes les acteurs de notre coopérative.

Pour le moment et tant que ce sera possible, nous faisons le choix de prendre raisonnablement notre part dans l’organisation de l’alimentation en tant que magasin de proximité, pendant cette période d’exception. Il nous semble qu’une petite communauté comme la nôtre, bien organisée, est plus efficace que les immenses files d’attente ingérables des grandes surfaces traditionnelles.

Notre modèle coopératif est aussi un outil pour ce genre de moments, en permettant l’organisation collective et le soutien aux producteurs et productrices de notre région. Aucun.e des permanent.es n’est forcé.e d’effectuer son travail dans ces conditions. Tou.tes sont libres et accompagné.es pour prendre toutes les précautions sur leur santé physique et mentale. C’est aussi pour les protéger que nous restreignons drastiquement les horaires d’ouverture et les contacts avec d’autres personnes.

Espérant que vous comprendrez ces mesures, nous comptons sur votre responsabilité pour les appliquer au mieux et prendre soin de vous et des autres.

A bientôt,
L’équipe des permanent.es
La présidence et la direction générale

Rencontre avec nos amis lyonnais de Demain

L’entrée du supermarché

Vendredi 3 janvier, deux Fourmis (Amélie A. & Goulven G.) sont allées visiter le supermarché coopératif de Lyon « Demain ». L’occasion de saluer nos voisins lyonnais et leur présenter tous nos vœux de succès pour la poursuite de leur aventure !

La caisse

Nos consoeurs et confrères nous ont amicalement fait visiter les lieux : caisses, espace de vente, stockage et bureau. La surface, bien que moindre que celle de la Fourmilière est néanmoins rationalisée, moderne et claire. Les membres de « Demain » ont bien travaillé et profitent d’un beau lieu de vente, de vie et d’échanges. La localisation est idéale, en pleine ville.

Quelques clichés de l’intérieur du supermarché

Un grand merci notamment à Armelle & Matthieu pour la visite et les explications, et aux coopérateurs croisés dans les rayons. A nos amis Lyonnais maintenant, de nous rendre visite à Sainté ! Vous êtes les bienvenus dès que vous le voudrez/pourrez et encore meilleurs vœux pour 2020 !

Demain, 2 place des Pavillons, VIIe arrondissement. Stations de tram T1 « ENS Lyon » ou « Debourg » ou métro B « Debourg »

demainsupermarche.org

Rhizomes Habitat, un projet d’immeuble coopératif et autogéré à Saint-Etienne

Parce que la Fourmilière s’inscrit dans une dynamique territoriale, nous vous présentons un projet d’immeuble coopératif sur Saint-Etienne, qui plus est porté entre autres par une Fourmi, Corinne ! Voici son message.

Nous avons de 2 à 54 ans, et souhaitons tisser du lien dans un immeuble
intergénérationnel, tout en ayant notre espace personnel. Nous nous occuperons des espaces de manière autogérée. La gestion des tâches
sera collective et rotatoire.

Tout ça paraît fou, et pourtant ! De nombreux lieux de ce type existent
déjà, en France et ailleurs en Europe. Voici quelques liens de projets aboutis :

https://groupedu4mars.weebly.com
https://www.village-vertical.org
https://cooprativechamarel.wordpress.com

Pour nous donner toutes les chances de réussir, nous avons décidé d’engager pour nous accompagner Carole Samuel qui est AMO (c’est à dire Assistante à la Maîtrise d’Ouvrage).

Ce que ce projet n’est pas :

  • Une copropriété
  • Une communauté hippie
  • Une collocation hippique

Et avec ça, on ne manque pas d’humour…

Si le projet vous intéresse et que vous souhaitez nous rencontrer, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse mail : rhizomeshabitat@riseup.net.